JMA.

Début du projet : 02.2017/ Client : Maugalem/
Type de projet : Mise en relation entre professionnel et particuliers
Tâches : Carte de visite – Consulting – Coaching – Etude de marché

Ce que le client souhaitait

JMA est un projet un peu particulier pour ISM car il a mal débuté mais s’est très bien finalisé

Le contexte :

En effet le fondateur du projet JMA me contacte au départ pour réaliser une simple carte de visite. Il m’explique son projet (Mise en relation entre professionnels et particuliers), je lui donne quelques conseils puis on commence le travail.

Quand faire appel à un freelancer n’est pas forcément la meilleure solution..

Ici catastrophe pour réaliser la carte de visite. N’étant pas désigner je fais appel à un désigner freelancer avec qui j’avais déjà réalisé 1 ou 2 missions plutôt simples et qui s’étaient globalement bien passées. Malheureusement il fait partie de ces freelancers qui acceptent énormément de missions en même temps afin d’avoir un salaire décent (vous voyez le type de professionnels qui soit baissent leur prix pour attirer beaucoup de gens soit qui ne connaissent pas leur limite et pensent pouvoir tout assumer mais qui malheureusement n’y arrivent pas).
Je lui fournis un cahier des charges assez détaillé pour qu’il puisse bien cerner le projet et ses attentes. Et là le début des problèmes commencent…
Il commence à me faire miroiter un délai et à chaque fois il me dit limite demain c’est prêt…sauf qu’à chaque rien n’était prêt et que je n’avais rien à présenter au client. Donc d’un côté je faisais patienter mon client entre excuses et conseils sur son business (on va dire qu’on prenait le temps de faire connaissance donc je l’orientais quelques peu) et de l’autre quelqu’un qui m’envoyait une carte de visite « mirage ».
Au bout de quelques temps je rebondis en faisant appel à un autre désigner qu’on me recommande. Malheureusement lui n’est pas vraiment mieux donc à la fin on se retrouve à un mois d’attente (et même plus…).

Je me retrouve donc avec « rien » d’intéressant et à devoir d’une part faire un geste commercial au client (la moindre des choses) et de l’autre à bricoler une esquisse de carte de visite que je trouverais intéressante pour le client (esquisse qui a été appréciée par le client) et sur laquelle on part. Finalement on part dessus mais l’expérience reste malgré tout laborieuse.

Quand les difficultés rencontrées montrent un potentiel pour son business…

On peut se douter qu’avec de telles difficultés une personne irait voir ailleurs et ne chercherait pas à aller plus loin. Ici les difficultés rencontrées ont permis de tisser une nouvelle relation et de détecter une ouverture pour le projet JMA.

En effet le fondateur du projet JMA m’indique sa volonté de vouloir d’obtenir des conseils (payants) pour son business. Du consulting stratégique et marketing surtout. Il s’est orienté vers cette optique car il s’est rendu compte que les conseils que j’avais pu lui donner pendant la réalisation de la carte de visite étaient utiles mais surtout qu’ils devaient à ses être facturés. C’est là que j’ai réellement commencé mon métier de consultant. Cela peut paraitre drôle mais la réalité est que pour moi donner des conseils gratuitement était normal car pour moi le marketing et la stratégie sont des passions et qu’ils coulent un peu dans mes veines comme on dit…

C’est à ce moment là qu’il commence par me faire part de certaines questions pour du consulting puis me demande de réaliser une étude de marché partielle (de la concurrence).

Remarque personnelle : Le fait de savoir détecter un potentiel n’est pas donné à tout le monde et plus encore de tomber sur des clients « justes » à savoir des clients qui reconnaissent la valeur de votre travail et souhaitent vous payer pour ce travail. Aussi il y a un autre point intéressant à savoir que le fondateur du projet JMA a compris l’importance d’avoir un soutien pour son projet.

Le travail réalisé – Ce que ISM a apporté au projet

Reprenons ici les quelques missions :

La carte de visite « mirage » :

– Etablissement du cahier des charges

– Réalisation du design (dans les difficultés stipulées précédemment).

Consulting / conseils stratégiques :

Ici le consulting et conseils stratégiques étaient d’ordre général (par exemple sur certains leviers à utiliser, erreurs à éviter). On va dire qu’il s’agissait plus de questions réponses.

L’étude de marché partielle (portant sur l’offre) :

Suite au consulting il était nécessaire d’apporter un conseil plus approprié au projet au vu de son potentiel. C’est ainsi que nous avons convenu de réaliser une étude de marché portant sur les concurrents (leur offre, positionnement, communication, budget etc).

Cette étude de marché a eu des dires du client une réelle utilité car :

– Elle lui a donné un bon aperçu de ce que proposait les concurrents directs et indirects et comment ils le proposaient

– Elle lui a permis de remettre en question son business model car entre ce qu’il pensait et ce qui était le « mieux » il y avait un décalage

– Il a pu voir ce qui pourrait mieux marcher

– Il a revu 40% de son projet afin de développer son projet différemment.

Note personnelle : Le fait de revoir une idée de projet dans sa quasi-intégralité n’est pas une mauvaise chose en soi. Certaines personnes peuvent se dire : J’ai payé X€ pour faire cette étude de marché et finalement je repars quasiment de 0 ! Oui peut être mais ce que vous devez voir c’est combien vous avez économisé sur la suite de votre projet. Imaginons qu’en vous lançant avec votre idée initiale (sans l’étude de marché) vous dépensez des dizaines de milliers d’euros puis qu’au bout de quelques mois vous vous rendez compte que le business model n’est pas qu’allez-vous vous dire ? Certes vous avez pris en expérience mais vous avez perdu en temps et en argent…

– Il a revu 40% de son projet afin de développer son projet différemment.

Les étapes d’évolution du projet JMA :

– Projet d’idée intéressante au départ

– Besoin de vérifier si ce projet tenait la route ou non

– 40% du projet a été revu afin de mieux correspondre aux objectifs et à son nouveau marché